Archives pour la catégorie ( Cahier recyclé 2 )

Patience d’ange

J’attends la fourche noire pleine de broussailles
C’est tout un tas de pensées qui m’assaillent

Ma patience … d’ange à ton bras
Mais ce feu … à l’intérieur de moi
Je ne sais
Qui l’a allumé

Tant et tant de choses sont devenues cendres
Mais la colère des flammes est encore grande

Ma patience … d’ange à ton bras
Et ce feu … à l’intérieur de moi
Devinez
Un feu sans fumée

Et si c’était quelque chose de l’enfance
Qui aujourd’hui encore tient lieu d’essence

Ma patience … d’ange à ton bras
Et ce feu … à l’intérieur de moi
Qui me fait
Me détruit
Le brasier
Ce brasier
Qui me fuit
Me construit
Le brasier
Ce brasier
Me séduit
M’éconduit
Le brasier
Ce brasier
Écœuré
Fasciné

Espero

Assis seul à une table
Je regarde mon portable
Jette un œil à la terrasse
Un couple avec enfants passe
J’attends en faisant semblant de t’attendre
Assis derrière le volant
Je regarde droit devant
Un paysage comme inutile
Les aiguilles paraissent immobiles
J’attends en faisant semblant de t’attendre
J’attends en faisant semblant de t’attendre
Que le passé vienne me reprendre
Debout et une pluie fine
Je regarde des ballerines
Il tire fort sur sa laisse
Le petit chien noir sans cesse
J’attends en faisant semblant de t’attendre
Debout donc au comptoir
Je regarde reste un quart
D’autres aussi espèrent
Comme moi face à leur bière
J’attends en faisant semblant de t’attendre
J’attends en faisant semblant de t’attendre
Que le passé vienne me reprendre
Couché un rayon de soleil
Je regarde elle se réveille
C’est notre certitude
Rien à comparer à l’habitude
J’attends en faisant semblant de t’attendre
J’attends en faisant semblant …
Que le passé vienne me reprendre !

Ikebana

Du soleil sur la maison
Et un chat sur le perron
Et je viens de me réveiller
Avec une vieille, vieille idée

Ikebana
Je ne sais pas quoi
Sans doute composer
Mon bouquet
Avec des regrets

Je suis assis en terrasse
Un livre ouvert un café
L’appel de la ville trace
Ma tête au firmament
Ne sais plus où la donner
Une rumeur va s’amplifiant
Dans les arpèges du vent
Mon regard accroche le hasard
Le torrent des possibilités
Même si je viens d’arriver
Je me teste sur le départ

Ikebana
Je ne sais pas moi
Sans doute mon bouquet
Le composer
Avec mes regrets

Je suis debout maintenant
Et une chaise est renversée
Ma femme regarde un instant
Des yeux qui l’ont occultée

Ikebana
Je ne sais pas moi
Sans doute composer
Avec des regrets

Le présent

POUR CELESTINE ET CLAUDE, MES LECTEURS FIDÈLES

Le dixième jour après Noël
Mon amour m’a envoyé
Dix seigneurs en train de sauter
Le neuvième jour après Noël
Mon amour m’a envoyé
Neuf dames en train de danser
Le septième jour après Noël
Mon amour m’a envoyé
Sept cygnes en train de nager

1-2-3 L’attente voilà
5-6-7 Voilà la quête
22-23 La quête de quoi ?
26-27 Un air de fête ?

32-33 Je fais les cent pas
40-41 Examine le sapin
41-42 Ses mots lumineux
42-43 Appel à la joie

Qu’est-ce qui se passera
Quand je parviendrai à cent ?
Est-ce que ça recommencera
Cette fois en décroissant ?

Je suis rempli de doutes
Suis-je sur la bonne route ?
Je me pose des questions
Faut-il changer de chanson ?

52-53 Mais qu’entends-je là-bas ?!
61-62 C’est un mystère mélodieux
76-77 Mais c’est Claude et Céleste
79-80 Et avec un air de Dublin

Le deuxième jour après Noël
Mon amour m’a envoyé
Deux amis en train de chanter

( Inspiré du chant de Noël The twelve days of Christmas ( Les douze jours de Noël )

La part du feu

Des images d’elle
Me reviennent en mémoire
Maintenant d’elle
Que la plus belle part

Son pied qui joue de l’escarpin
Ses yeux d’un réveil grimaçant
Son rire dans l’escarcelle du vent
Des caresses nichées entre les reins

Et des images de moi
Me reviennent en mémoire
Maintenant de moi
Que la plus belle part

Par ses cheveux mes doigts frôlés
Ma langue humide de ses baisers

Le retard de l’amoureux
A fait la part du feu
Le retard de l’amoureux
A fait la part du feu

Le châtain clair attaché
De ses épaules dégagées

Jalousie

Mes yeux sont jaloux des yeux qui te voient
Mes oreilles de celles qui entendent ta voix

Que signifie
Ce sale défi ?
L’effet d’être
Le seul être ?

Il ne faut pas que je me déunisse
Rien n’a existé et puis rien n’existe
Que des trottoirs où cracher ma colère
L’obscurité autour du réverbère

Mon torse envie celui où se blottissent tes bras
Mes pieds ceux qui suivent chacun de tes pas

Que signifie
Ce sale défi ?
L’effet d’être
Le seul être ?

Il ne faut pas que je me définisse
Rien n’a existé et puis rien n’existe
Qu’un grand arbre avec des oiseaux-lyres
Et des pantins d’un musée de cire

Que signifie
Ce sale défi ?
Que signifie
Cette jalousie ?

Que je me démantèle il ne faut pas
Rien n’existe et puis rien n’existera
Peut-être des miroirs et des regards fixes
Verront mourir pour de bon le phénix

Le fil

Dans la cage, dans ma cage
Je maudis tous les mariages
Ceux du jour, ceux de la nuit
Ceux du soleil, de la pluie
Dans la cage, dans ma cage
Je me nappe de mes nuages
Pour me priver de la lune
La forme de ma rancune

Mais dans la cage, dans ma cage
Des vagues viennent au rivage
Comme de l’eau de roche
Si loin pourtant si proche
Mais dans la cage, dans ma cage
Je m’abrutis de paysages
Ceux dans lesquels tu vis
Ceux-là même que j’ai fui
Mais dans la cage, dans ma cage
Je me perds en des voyages
Libre sur toutes les routes
Et empruntant mille doutes

Dans la cage, dans ma cage
Si je suis là, c’est mon gage
Refaire de ma vie un fil
Le fameux fleuve tranquille

Ce fil, ce fil est, ce fil est ténu
Ce fil, ce fil est, ce fil est ténu
Comme tenace
L’angoisse
Qui l’a rompu

Mais bout à bout je remets
Des morceaux je renoue
Mais bout à bout je remets
Des morceaux je renoue
Mais bout à bout je remets
Des morceaux je renoue

Rue de Châteauroux

Soupir, hochements de tête
Il est posté à la fenêtre
Il regarde le ciel
Une passante puis le ciel
Quelques nuages s’effilent
De leur pelote inutile
Pierre taillée, angle de vue
Voilà bien une guerre sans issue

Il fouille dans sa veste
Faut finir ce qu’il reste
Il regarde le buffet
La table puis le buffet
Les Coquelicots de Monet
Dont le rouge est passé
Pas de nerfs, point de chute
Voilà une ville sans aucun but

Le fauteuil ou le canapé
Un mégot sur lequel tirer
Il se ferme le visage
Les yeux puis le visage
Un autre pourra venir
Lui arracher un sourire
Toute colère dans la cohue
Beau temps qu’on ne croit plus

Et puis l’autre viendra
Puis l’autre repartira
Ils auront parlé du temps
De celui d’avant puis du temps
C’est une vue sur un petit trou
Un trou Rue de Châteauroux
Toute tristesse à son insu
Beau temps qu’il n’a pas plu

Cet homme existe, n’existe pas
Cet homme, ce n’est pas moi
Mais bien une partie de moi
C’est mon refrain, mon après-midi
C’est le même qu’hier aujourd’hui
Ce sera le même demain
Si jamais demain devient …

Je pense à demain
A aujourd’hui puis à demain

Son dernier mot

A-t-il trop longtemps attendu
Une heure qui n’est jamais venue ?
Cet homme cet homme cet homme
Cet homme un jour s’est tu
Cet homme s’est tu

Est-ce à cause de la danse, la chance
Des étoiles ou de leur absence ?
Cet homme cet homme cet homme
Cet homme un jour s’est tu
Cet homme s’est tu

Cet homme cet homme cet homme
Cet homme sais-tu
S’il a dit son dernier mot ?
Cet homme un jour s’est tu
A-t-il dit son dernier mot ?

*** *** *** *** *** ***

Descendu au torrent
Je regarde le courant
Il m’invite à rêver
C’est tout ce que j’ai fait

En attendant le train

Je dis : Bonjour, ma belle
Tu es pleine de promesses
Elle m’répond qu’elle est belle
Qu’je suis plein de promesses

Et d’un mouvement vif de la main
La mèche repasse derrière l’oreille
Elle est assise là sous le soleil
Comme ce quai qui attend son train

Je dis : Bonjour, ma belle
Elle m’répond qu’elle est belle

Une orange bleue sort de son sac
Et puis devient le monde dans sa main
Elle espère que tout ça n’est pas vain
Comme des pluies qui attendent leur lac

Je dis : Bonjour, ma belle
Elle m’répond qu’elle est belle

Sera-t-elle la dureté ou les caresses ?
Moi, serais-je l’énergie ou la paresse ?

Elle peut stopper ma chanson d’amour
Bien avant que je ne trouve ma voix
Je peux presque la toucher du doigt
Comme ces vers qui attendent leur jour

Je dis : Bonjour, ma belle
Tu es pleine de promesses
Elle m’répond qu’elle est belle
Qu’je suis toutes ses promesses

12


Surlesbordsdunjournal |
Nouvelles pleines d'es... |
9757169781 Thought Elevator... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Boulgom en 100 mots
| Pouvoir écrire la vie
| Nouvellesetseries