Du jazz

Ce fut la musique qui l’accuellit. Par instants, par bribes, m’étaient parvenu dans la salle de bains des sons, une ambiance qui m’avaient fait me sentir bien.
Il alluma une cigarette, se mit à feuilleter distraitement le magazine posé sur la table basse. Ça parlait de musique, ses yeux allèrent automatiquement sur la discothèque qui occupait une grande partie du mur en face.
Les habits propres étaient soigneusement déposés sur le lit dans la chambre, il alla les enfiler. Revenu au salon : « Trois, quatre, quelle différence ? » pensa-t-il et il ajouta le mégot de sa cigarette dans le cendrier.
Take the A train de Duke Ellington. Le morceau qui passait était Chelsea bridge. Il écouta le suivant Caravan et avança jusqu’à I let a song go out of my heart. J’aurais voulu m’en souvenir. Le hasard avait bien fait les choses, se disait-il, une prochaine fois pourrait-il l’aider un peu.
Il récupéra son blouson, son sac à dos, jeta un dernier regard. Il aurait aimé avoir un peu plus de temps : pas dormir mais s’allonger ou juste s’asseoir un moment sur le lit, pas manger mais rester pensif appuyé contre l’évier ou la gazinière, s’imprégner, sur le canapé écouter ce disque jusqu’à la dernière note.
Il se rendit dans la cuisine. Sans hésitation, il grimpa sur le rebord de la fenêtre et se retourna. Quand il eut remit celle-ci dans sa position initiale, il sauta.
Il réajusta son sac à dos, jeta un œil aux étages supérieurs et ne vit rien. Quelques secondes après, il avait tourné le coin et il passait devant l’entrée de l’immeuble ; je m’arrangeais encore les cheveux.
Pas après pas, j’eus le sentiment de disparaître. La nuit semblait faire fondre peu à peu tout ce que j’avais été ces dernières minutes.

2 commentaires à “Du jazz”


  1. 0 Célestine 17 avr 2020 à 18 h 29 min

    Rassure-moi, il était au rez-de-chaussée ?
    J’ai filé écouter Ellington et Caravan…un super programme de jour gris…
    Chouette ambiance dont tu as le secret.
    •.¸¸.•*`*•.¸¸☆

    Répondre

  2. 1 V. s. 18 avr 2020 à 17 h 27 min

    Oui, il était au rez-de-chaussée. :)
    J’écoute moins de jazz qu’à une époque. Mais j’aime ces ambiances, ces histoires sans paroles.
    Bises Célestine.

    Répondre

Laisser un commentaire


Commentaires récents


Surlesbordsdunjournal |
Nouvelles pleines d'es... |
9757169781 Thought Elevator... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Boulgom en 100 mots
| Pouvoir écrire la vie
| Nouvellesetseries