Si je te parlais

Si je te parlais
De ce qui résonne
Dans les docks de Boston
Des Red Sox, des Bruins, des Celtics
Si je te parlais
De ces courbes câlines
Vues du Pont de Brooklyn
Et des rues glauques de la musique
Si je te parlais
Du paradis son revers
De l’Indiana jusqu’à Denver
Les motels plus miteux que mythiques
Si je te parlais
Du tatouage de Dana
Des montagnes Santa Lucia
Et de mon Amérique enfin onirique

Je ne sais pas
Si je te parlais de ça
Si t’aurais des réponses à tes « pourquoi ? »

Si je te parlais
D’un homme de hasard
Saisi sur ce quai de gare
Ressuscité à Saint-Lazare

A la portée de tes paumes
Quelques choses d’un fantôme
Mais je ne sais pas
Si je te parlais de ça
Si t’aurais des réponses à tes « pourquoi ? »

6 commentaires à “Si je te parlais”


  1. 0 Eeguab 6 nov 2018 à 18 h 42 min

    Si je te disais que ces motels, ces montagnes, ces musiques, cette Amérique, je les ai évoqués moi aussi dans des textes du siècle d’avant. Si je te disais, mon ami, que ces docks et ces ponts, sous ta plume, ont quelque chose de poignant. Si je te disais, Patrick, que dans la plupart de tes lignes je me reconnais.
    A bientôt.

    Répondre

    • 1 V.s. 6 nov 2018 à 20 h 50 min

      Merci Claude pour ton commentaire et ta complicité qui me touchent beaucoup. La musique, les films, les livres m’ont fait un rêve d’Amérique, même s’il est parfois loin d’être idyllique. Je me souviens de la lecture de tes textes sur ton Amérique et ils m’ont beaucoup plu. Ils sont loin des cartes postales, ce qui prouve qu’ils viennent de plus loin.
      A bientôt.

      Répondre

  2. 2 les Caphys 9 nov 2018 à 8 h 29 min

    et si on parlait de Detroit, ville ravagée, ex capitale de l’automobile

    Répondre

  3. 3 Vs 10 nov 2018 à 16 h 02 min

    Il y a deux Amérique. Celle que l’on rêve. Et puis celle de la dure réalité : c’est celle de Trump, celle qui l’a amené au pouvoir.
    A bientôt Les Caphys.

    Répondre

  4. 4 Célestine 13 nov 2018 à 3 h 00 min

    Si je te disais que j’avais hâte de retrouver tes mots, empreints d’ailleurs, grisés de rock et d’ouest…Tout comme Claude, je m’y retrouve.
    Merci pour ce beau texte, Patrick.
    Kisses
    •.¸¸.•*`*•.¸¸✿

    Répondre

  5. 5 Vs 13 nov 2018 à 18 h 13 min

    Oh merci Célestine. Comme je l’ai dit à Claude, ta complicité me touche beaucoup. Si je te disais que j’avais hâte de lire ton commentaire … :)
    Bises.

    Répondre

Laisser un commentaire



Surlesbordsdunjournal |
Nouvelles pleines d'es... |
9757169781 Thought Elevator... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Boulgom en 100 mots
| Pouvoir écrire la vie
| Nouvellesetseries