• Accueil
  • > Archives pour septembre 2018

Archives pour septembre 2018

Histoire 1

Une proposition pour un début. Pour peut-être refaire quelque chose comme avec la suite partant de Brautigan. Je mets également deux autres possibilités si vous aviez vous aussi des débuts et qui eux fonctionneraient mieux. Je crée aussi une nouvelle catégorie pour pouvoir retrouver tout ça plus facilement.
Célestine, Claude, à très bientôt. :)

Je veux la chanter

Je l’aime et …

Je veux la chanter, chanter sa beauté et son corps doux, sa malice et sa fougue et ses moues. Je veux la chanter dans la rigueur des villes de France avec la chaleur des villes d’Espagne. Je veux la chanter avec le torride d’une guitare gitane. Je veux la chanter avec les mots mêmes de Garcia Lorca. Je veux la chanter et la chantant, obtenir son désir et partir à ses côtés.

Duende

Je l’aime et …

C’est l’Espagne que voilà, l’Espagne avec son Sud, avec son Andalousie, avec ses maisons blanches, sa chaleur et ses routes de poussière, l’Espagne avec sa musique, l’Espagne avec sa toute proche Afrique, l’Espagne que voilà.
Et comme elle m’entraîne où bon lui semble, je la conduis où elle le désire et elle, me conduit vers sa grâce et sa beauté.

C’est une danseuse de flamenco. Au repos, mais toujours danseuse.

Nous sommes – moi comme elle, moi avec elle – sur le qui-vive.

L’éclaircie rouge

Je l’aime et …

Attiré par une soudaine éclaircie rouge, étincelante dans le ciel bleu sombre de la nuit naissante, je mets le nez dehors, répère les fumées, perçois la musique lointaine de la fête foraine sur les bords de la Vienne.

Bonsoir.
Elle se retourne et me retourne, me regarde et me reconnaît.
Bonsoir.

Elle a baissé son fusil et m’a sourit.

L’abandon

Je l’aime et …

Comme des augures contenus dans ma course, je n’étais pas conscient de ma solitude …
Je n’étais conscient que de l’ombre que je pouvais faire …
Sans que je puisse rien retenir, rien contrôler, des gouttes, de simples gouttes, une dizaine d’abord, puis deux, trois, puis une centaine et ainsi de suite …
Sans que je cherche quoi que ce soit, analyse quoi que ce soit, c’est de cette manière que j’ai pris conscience d’être un nuage …
Au tout début, je devais être si petit, minuscule, probablement une simple plume blanche mais je suis allé grandissant, grossissant, de plus en plus sombre, de plus en plus menaçant …
Je ne sais plus à quel moment, je me perds tout le temps dans la chronologie et tout va si vite, je me suis aperçu qu’autour de moi, il n’y aurait jamais que ce ciel, un gigantesque ciel …
Mais je pense que voilà la raison, le déclencheur …
Ça doit être là que je me suis abandonné à la pluie … et au rêve de redevenir …
J’en suis là …

L’ami de mon ennemie

Je l’aime et …

Voyez sa joie, comme il s’agite. Mon insomnie est une ennemie. Le papillon dans la lampe lui, semble s’en être fait une amie. Voyez sa joie, comme il s’agite.

La grande armée

Je l’aime et …

Je peux l’entendre dans le carton où je l’ai rangée, la grande armée.

On dirait parfois qu’à eux tous, ils forment une seule voix. « Qu’as-tu fait jusque là ? », voilà ce que dit cette voix, la voix de la grande armée.

Si j’ouvre le carton, ils ne partiront pas, ne s’échapperont pas, ils resteront là où ils sont, les soldats de la grande armée.

Ils resteront là, alignés tous devant moi, les yeux baissés devant cette grande armée, une armée à terre, comme tous les pas que j’aurais pu faire. La grande armée des jours passés.

Son dernier mot

A-t-il trop longtemps attendu
Une heure qui n’est jamais venue ?
Cet homme cet homme cet homme
Cet homme un jour s’est tu
Cet homme s’est tu

Est-ce à cause de la danse, la chance
Des étoiles ou de leur absence ?
Cet homme cet homme cet homme
Cet homme un jour s’est tu
Cet homme s’est tu

Cet homme cet homme cet homme
Cet homme sais-tu
S’il a dit son dernier mot ?
Cet homme un jour s’est tu
A-t-il dit son dernier mot ?

*** *** *** *** *** ***

Descendu au torrent
Je regarde le courant
Il m’invite à rêver
C’est tout ce que j’ai fait

En attendant le train

Je dis : Bonjour, ma belle
Tu es pleine de promesses
Elle m’répond qu’elle est belle
Qu’je suis plein de promesses

Et d’un mouvement vif de la main
La mèche repasse derrière l’oreille
Elle est assise là sous le soleil
Comme ce quai qui attend son train

Je dis : Bonjour, ma belle
Elle m’répond qu’elle est belle

Une orange bleue sort de son sac
Et puis devient le monde dans sa main
Elle espère que tout ça n’est pas vain
Comme des pluies qui attendent leur lac

Je dis : Bonjour, ma belle
Elle m’répond qu’elle est belle

Sera-t-elle la dureté ou les caresses ?
Moi, serais-je l’énergie ou la paresse ?

Elle peut stopper ma chanson d’amour
Bien avant que je ne trouve ma voix
Je peux presque la toucher du doigt
Comme ces vers qui attendent leur jour

Je dis : Bonjour, ma belle
Tu es pleine de promesses
Elle m’répond qu’elle est belle
Qu’je suis toutes ses promesses



Surlesbordsdunjournal |
Nouvelles pleines d'es... |
9757169781 Thought Elevator... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Boulgom en 100 mots
| Pouvoir écrire la vie
| Nouvellesetseries