Oreillers

7 déc

Je l’aime et …

Il me semblait que nous étions dans notre maison. Pourtant, fait étrange, celle-ci se trouvait au sommet d’une des montagnes d’une importante chaîne. Ni sur le plus haut ni sur le plus bas.
Alors que j’étais juste derrière la baie vitrée, à observer l’impressionnant panorama devant moi, soudain, d’un des sommets proches du notre, s’est élevé une grande colonne de fumée noire, qui s’est mis rapidement à se diriger vers nous.
Et je ne tardais pas à distinguer là-bas, sortant de la montagne des bouillons, des projections ensuite qui se mirent à gagner sur les panaches de fumée, ceux-là mêmes qui allaient bientôt lécher nos vitres … comme ils le feraient avec mes yeux.

Je me suis réveillé. Je me suis tourné, j’ai posé la tête sur l’autre oreiller. Dans mon second sommeil, si j’ai fait un nouveau rêve, je ne m’en souvins pas.
Après son départ, longtemps j’ai laissé les deux oreillers.

4 Réponses à “Oreillers”

  1. Célestine 8 décembre 2017 à 1 h 27 min #

    Une fille qui passe comme un volcan
    et qui a laissé de petits cratères dans ton coeur et dans son oreiller…
    Une fumée qui trouble tes rêves, et au matin, juste un parfum…
    ¸¸.•*¨*• ☆

  2. V. s. 8 décembre 2017 à 17 h 43 min #

    Merci d’être passée Célestine, d’avoir laissé ici tes mots et leur parfum tangible.
    Bises.

  3. Eeguab 9 décembre 2017 à 10 h 21 min #

    Traces de lave, traces de love. Je crois comprendre.

  4. V.s. 10 décembre 2017 à 9 h 55 min #

    Oh oui, bien vu Claude. Traces que rien n’efface.
    A bientôt.

Laissez une réponse à V.s.

Surlesbordsdunjournal |
Nouvelles pleines d'es... |
9757169781 Thought Elevator... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Boulgom en 100 mots
| Pouvoir écrire la vie
| Nouvellesetseries