• Accueil
  • > Archives pour juillet 2017

Archives pour juillet 2017

Elle dort

J’écris
Elle dort
J’écris qu’elle dort
J’écris
Peut-être
Elle rêve
J’écris
Qu’elle rêve
Peut-être
J’écris
Qu’elle est belle
Et elle est belle

Dans un instant, elle s’éveillera
Elle sera comme là près de moi
Dans un instant, elle s’éveillera
Je sais que j’effacerai ça

J’écrirai alors que je dors
J’écrirai alors que je rêve
Qu’à côté de moi elle dort
Et que j’écris dans ce rêve

Eternuements

Toi ? … Moi ! …
Oui mais stop voilà
Si je m’apitoie !

Un train qui vient, c’est la récré
Quelque part le muezzin tousse

Certains avenirs passent, pas tous
Que fait la voisine d’à côté ?

Oh dans ma nacelle
Ce qu’elle serait belle !
Ciel ! … Ciel ! …

Tout le monde est en vacances
Sauf ceux du dessous qui s’engueulent

Ah merde alors, fermez vos gueules !
J’essaie de rester en partance

Cette femme du dessus
Encore éternue
Nue ? … Nue ? …

Pièce

Je l’aime et …

Les personnages :
Moi, assis près de la cheminée, écrivant sur un bloc, jetant par instants un œil sur le journal télévisé.
Ma mère, assise dans le vieux fauteuil, regardant le journal télévisé, jetant par instants un œil sur moi.

Mon père, de l’autre côté, sur ma gauche, penché sur son livre de chevet du moment, dans cette attitude des dernières années de sa vie, le coude sur la table, le poing collé à la joue.
Ma grand-mère, en face de moi, tournant le dos au téléviseur, me regardant avec les mêmes yeux qu’elle avait quand je rentrais dans la maison en courant, venant me blottir dans son giron.
Mon grand-père, à la droite de mon père, se roulant une cigarette, une moitié de verre de vin devant lui, unique reste de notre repas et qui comme sa fille attend la diffusion du bulletin météo.

ACTE 1

Au début de l’acte, personne ne parle. Ni les vivants, ni les morts.

Courbée, les mains au ras du sol

Je l’aime et …

Lorsque j’arrive, je vois ma mère effeuillant un arbuste au coin de la cave et ramassant ses feuilles, courbée, les mains au ras du sol.
Régulièrement elle et moi, dans cette même position, nous avons arraché des mauvaises herbes, travaillé au jardin, au champ, plantant, semant, récoltant dans la terre le fruit de ces semailles.
Notre position, courbée, les mains au ras du sol, si jamais elle ne me faisait pas penser au film Les glaneurs et la glaneuse et par conséquent au tableau de Millet – je dois dire que les vêtements de ma mère y étaient pour quelque chose – elle m’évoquait des personnages de quelque vieux film japonais en noir et blanc, courbés eux comme nous, leurs mains au ras du sol, plongées dans l’eau des rizières.
Pour quelques instants, peut-être quelques minutes seulement, bizarrement, cette pensée me redonnait du courage.

Colporteurs ( Pour Célestine et Claude )

Elle : Quelle était cette chose appelée Amour ?

Lui : Nuit et jour, tout de toi, nuit et jour

Lui : J’t'ai dans la tête, tu m’fais quelque chose
Elle : Tu m’fais de l’effet, tu as cette chose
Lui : J’t'ai dans la peau, j’m'concentre sur toi
Elle : J’aime Paris, je t’aime, ne m’enferme pas

Elle : J’suis amoureuse
Très amoureuse
Lui : J’suis amoureux
Très amoureux

Lui : Viens avec moi
Elle : Je suis à toi
La soie et le satin
Lui : Si proche, pourtant si loin

Lui : J’suis amoureux, très amoureux
Elle : J’suis amoureuse, très amoureuse

Lui : Mais pas pour moi
Tout s’en va
Elle : Qui sait ?
Lui : Une photo de moi, sans toi
Elle : Jamais tu ne sais

Elle : T’es amoureux, très amoureux
Lui : J’suis amoureux, très amoureux

Elle : Ça, c’est l’amour
Abracadabra
C’est magnifique
Lui : Abracadabra
Tout va bien pour moi
Elle et lui : Abracadabra
Ça, c’est l’amour
C’est magnifique
Abracadabra
Ça, c’est l’amour

( PS : Ce texte spécialement écrit pour vous les amis. Et pour colporter Cole Porter, voici la « version anglaise » avec les titres qui m’ont servis. )

She : What is this thing called love ?

Him : Night and day, all of you, night and day

Him : I’ve got you in my mind, you do something to me
She : I get a kick out of you, you got that thing
Him : I’ve got you under my skin, I concentrate on you
She : I love Paris, I love you, don’t fence me in

She : I’m in love
So in love
Him : I’m in love
So in love

Him : Come along with me
She : I’m yours
Silk and satin
Him : So near and yet so far

Him : I’m in love, so in love
She : I’m in love, so in love

Him : But not for me
Anything goes
She : Who knows ?
Him : A picture of me without you
She : You never know

She : You’re in love, so in love
Him : I’m in love, so in love

She : Ça, c’est l’amour
Abracadabra
C’est magnifique
Him : Abracadabra
It’s alright with me
She and Him : Abracadabra
Ça, c’est l’amour
C’est magnifique
Abracadabra
Ça, c’est l’amour



Surlesbordsdunjournal |
Nouvelles pleines d'es... |
9757169781 Thought Elevator... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Boulgom en 100 mots
| Pouvoir écrire la vie
| Nouvellesetseries