Nouvel intermède

Comme il y a eu ce vent qui m’a surprit
Mon échine courbant dans le feutre de la nuit
Comme il y a eu ce relais que j’ai franchi
A dos d’âne mes traits sous un voile de pluie
Comme il y a eu ce lac où j’ai dormi
Dans le fond d’une barque au si léger roulis

Il y a là ce cortège dont je fais partie
En point de mire la neige là-bas sur le Fuji

Car il existe ce Japon
Où en pensée je me réfugie
Quand certains papillons
Ne veulent pas être suivis

2 commentaires à “Nouvel intermède”


  1. 0 Célestine 10 juin 2016 à 17 h 02 min

    Un poème beau comme un tableau de Utagawa Hiroshige…
    ¸¸.•*¨*• ☆

    Répondre

  2. 1 villaseurat 11 juin 2016 à 12 h 53 min

    Merci Celestine. Ce sont les estampes de Hiroshige qui m’ont sans aucun doute inspiré ce texte. J’ai le livre Cent aspects d’Edo et c’est peut-être celui que j’emmenerais sur une île déserte. Bises.

    Répondre

Laisser un commentaire


Commentaires récents


Surlesbordsdunjournal |
Nouvelles pleines d'es... |
9757169781 Thought Elevator... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Boulgom en 100 mots
| Pouvoir écrire la vie
| Nouvellesetseries