Caillotte

C’est au JP derrière l’église que je l’ai rencontrée, pas dans la cour. Elle est d’abord venue en face, mais comme elle s’est mouillée les fesses, elle m’a demandé si elle pouvait s’asseoir à côté de moi. Mon banc était plus sec, selon elle. J’ai essuyé de la main comme j’ai pu les gouttes de pluie de la nuit. Elle avait une voix fraîche mais je n’ai pas compris pourquoi elle aussi elle faisait le mur.
J’ai fumé la cigarette qu’elle m’a offerte en essayant de ne pas crapoter, de continuer à l’écouter et de ne pas tousser. Elle aimait les maths autant que je les détestais. Nous aimions tous les deux l’anglais, la différence étant qu’on pouvait mettre une bonne moyenne sur son amour de cette langue. Il fallait qu’elle aille à la bibliothèque et il fallait que je l’accompagne. Elle avait une voix fraîche mais toujours deux mètres devant moi, je ne comprenais pas bien ce qu’elle me disait.
Elle cherchait une bio de Saint-Ex. Je me suis dit que moi aussi j’en voulais une, que celle de Platini m’irait très bien. Lorsqu’elle fut prête à partir, elle vint poser sa main sur mon épaule. J’étais accroupi. Était-ce parce que c’était la première fois qu’une fille me touchait comme ça ou que j’étais perdu dans la répétition d’une phrase du genre « Sacha Guitry sait-il qui est Satyajit Ray et Satyajit Ray Sacha Guitry ? » en tous cas, je faillis tomber à la renverse. Dehors, elle avait une voix fraîche mais je dus l’interrompre pour l’inviter à prendre un verre.
Un mec de ma classe entra dans le bar et vint directement devant notre table. Il parla tout de suite de notre cours de maths et de l’interro. Je m’en débarrassais rapidement. Elle me dit qu’elle le détestait, et je lui souris pour avoir dit ça. Quand elle était petite, sa grand-mère l’appelait Caillotte et le faisait encore quelques fois maintenant. « Caillotte », j’ai dit alors, comme ça, et simplement ça. Cette fois, c’est elle qui m’a sourit. Elle n’avait que deux ans de plus que moi, et alors qu’elle faisait la même chose, de sa voix fraîche elle s’est mise à me gronder gentiment parce que je séchais les cours.

8 commentaires à “Caillotte”


  1. 0 Eeguab 26 avr 2016 à 8 h 42 min

    Très beau texte encore une fois. Je suis touché par cette rencontre, cette fille un tout petit peu plus âgée, la bibliothèque, et , très important, les deux mètres d’avance et la difficulté à synchroniser, le sérieux et l’apprentissage, du tabac et des sentiments. C’est magnifique, un peu Modiano un peu Truffaut au jeu des références. Mais surtout ta touche à toi. Bravo vraiment.

    Répondre

  2. 1 Célestine 26 avr 2016 à 22 h 11 min

    Il est doué notre Patrick…
    Quoi que tu touches, ta poésie explose dans le moindre geste.
    c’est rare et fort. Au jeu des références, j’ai pensé à Yves Simon.
    ¸¸.•*¨*• ☆

    Répondre

  3. 2 villaseurat 27 avr 2016 à 11 h 21 min

    Merci de votre passage, les amis. Dans ce texte, quelques choses qui me sont réellement arrivées et beaucoup où ce n’est pas le cas mais une chose qui est très très fausse, c’est le cours séché. Je n’ai jamais séché aucun cours, encore moins celui de maths, encre moins le jour d’une interro … lol.

    Répondre

  4. 3 La Licorne 28 avr 2016 à 22 h 03 min

    Un texte bien agréable à lire…tu sais évoquer les souvenirs (même s’ils sont inventés). ..ça rappelle si bien les soucis de l’adolescence…quand les détails ont tant d’importance…
    Du pantalon mouillé au cours séchés, il n’y a pas si loin, d’ailleurs… ;-)

    Répondre

  5. 4 Célestine 9 mai 2016 à 14 h 54 min

    Un petit coucou en passant…
    Tout va bien ?
    ¸¸.•*¨*• ☆

    Répondre

  6. 5 villaseurat 11 mai 2016 à 15 h 07 min

    Oh la la … je suis désolé, ça fait quelques temps que je ne suis pas venu voir sur mon blog. Merci pour ton commentaire, Licorne. Je dis comme pour Celestine et Eeguab, venant de toi, ça me fait plaisir que tu dises que ce texte est agréable à lire. Bises.

    Répondre

  7. 6 villaseurat 11 mai 2016 à 15 h 16 min

    Oui, Celestine, tout va bien. Merci de ton passage pour faire ce petit coucou. J’ai déserté quelques temps mon blog et je n’ai pas vu vos commentaires. Désolé. Bises.

    Répondre

  8. 7 Célestine 13 mai 2016 à 14 h 15 min

    Ne sois pas désolé, ça arrive à tout le monde de s’éloigner momentanément …
    bises cher Patrick
    ¸¸.•*¨*• ☆

    Répondre

Laisser un commentaire


Commentaires récents


Surlesbordsdunjournal |
Nouvelles pleines d'es... |
9757169781 Thought Elevator... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Boulgom en 100 mots
| Pouvoir écrire la vie
| Nouvellesetseries