• Accueil
  • > Archives pour février 2016

Archives pour février 2016

Trois hommes

Le premier porte un anorak, bleu, bien trop grand pour lui. Il marche toujours les yeux mi-clos. On ne peut s’empêcher de penser qu’il vient de se lever. Ou pire, qu’il est ivre. Et la cigarette qu’il a au bec, elle menace de tomber.
L’imperméable du deuxième est de couleur grise. Ce n’est pas de beaucoup mais c’est lui le plus grand. Il est également le plus vieux et le seul à porter des lunettes. Il sait où il va, cela se voit.
Le plus mal habillé, c’est le troisième. Et le plus rapide. Il fait de telles enjambées … et on ne peut s’empêcher de penser qu’il va tomber à chaque pas. Cela dit, ça n’arrive jamais.
Ils sont bruns tous les trois. Tous les jours aux alentours de douze heures trente, ils remontent l’un derrière l’autre la grande rue en longeant le mur du jardin public. Ils se suivent de deux ou trois minutes, toujours dans le même ordre. Tous fument, sauf le deuxième.
Alors qu’à l’instant le troisième vient de disparaître, « D’où viennent-ils ? » et « Où vont-ils ? », « Qui sont-ils ? » sont les questions que se pose l’homme assis sur un banc au milieu de la petite place.
Dans quelques minutes, l’homme va se lever, remonter la rue, longer le mur du jardin public. Ce serait donc le quatrième.
Trois minutes plus tard, l’homme ne se sent pas le quatrième. Pour tout dire, il se sent seul. Il y a les trois hommes devant et il y a lui, derrière. Oui, bien sûr, il a pris le même chemin que les trois autres et les suit mais … « mais c’est vrai, se dit-il soudain, moi aussi, tous les jours à la même heure, je remonte cette rue, comme eux ».
« Que dois-je faire alors ? » se demande-t-il. « Dois-je me décrire ? » Mais il ne le peut pas. Tout ce qu’il peut dire de lui, c’est qu’il marche de son allure habituelle, qu’il va faire ce qu’il a à faire. Il ne regarde pas derrière lui. C’est donc dans sa tête qu’il imagine qu’un homme l’observe remonter la rue et longer le mur du jardin public. Et que cet homme pourquoi pas ? a vu la scène depuis le début, comme il la voit tous les jours.
« Alors, oui, je suis le quatrième …  » pense l’homme.
On peut imaginer aussi que l’homme qui l’observe aura dans deux ou trois minutes quelque chose à faire à l’autre bout de la rue.

Papillon

Le corps dans l’embrasure de la porte
Elle me regarde avec la tête inclinée
Attendant que je dise en quelque sorte
La raison pour laquelle j’ai tué le papillon
La raison pour laquelle j’ai fait ce que j’ai fait
La raison pour laquelle j’ai tué le papillon

La tête appuyée contre la vitre passager
Elle me regarde avec en définitive
Des yeux influencés
Attendant que je m’invente quelque vérité
La raison pour laquelle je les ai plantés
Elle et ses convives
La raison pour laquelle j’ai fait ce que j’ai fait
La raison pour laquelle je les ai plantés
Elle et ses convives

Ses genoux touchant le bord du lit
Elle me regarde avec le visage fermé
Attendant que je confirme ce que j’ai dit
La raison pour laquelle elle et moi c’est terminé
La raison pour laquelle j’ai fait ce que j’ai fait
La raison pour laquelle elle et moi c’est terminé

Le corps dans l’embrasure de la porte
Elle m’a regardé avec la tête inclinée
A attendu que je dise en quelque sorte
La raison pour laquelle j’avais tué le papillon
La raison pour laquelle j’avais fait …
Ce qu’à l’instant je venais de décider
La raison pour laquelle j’avais tué le papillon

L’histoire de Baptiste

12 Octobre 121
A perdre haleine par les rues
Poursuivi par des inconnus
Je suis en quête de l’alpha …
Pour elle, je sais je ferai tout
Par tous temps dans le pays
Jusqu’à même en devenir fou
Si vraiment elle le veut ainsi …
Mais …
L’alpha ? C’est qui ? C’est quoi ?

Rêver
Et
Te rêver
Enfin en une vie éveillée
Sans fin sans foi
Que celle en toi

18 Janvier 1081
Je patauge dans la neige
Si j’atteins là-bas l’auberge
Au moins je n’aurais froid …
Les mots des troubadours
Aux sons souvent des vièles
Chantant louanges et atours
Dieu, ne parlent que d’elle …
Mais …
Quel est cet air qu’on perçoit ?

Rêver
Et
Te rêver
Enfin en une vie en été
Sans fin sans foi
Que celle en toi

29 Novembre 1192
La colère de Cœur de Lion
Ne nous augure rien de bon
Le cheval qui m’porte peine …
Si je peux fermer les yeux
Derrière le voile, je vois
Femme au cœur lumineux
Celle qui m’attend au bois …
Mais …
Reverrais-je l’Aquitaine ?

Rêver
Et
Te rêver
Enfin en une vie éveillée
Sans fin sans foi
Que celle en toi

21 Février 2012
Rêver et te rêver
Cesser
De ressasser
Cette question :
Mais quel est
Mon nom ?

Si j’ai parlé de ça
De cette histoire-là
C’est que de son corps magnétique
De son visage épisodique
De sa beauté anachronique …



Surlesbordsdunjournal |
Nouvelles pleines d'es... |
9757169781 Thought Elevator... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Boulgom en 100 mots
| Pouvoir écrire la vie
| Nouvellesetseries