Archives pour juin 2015



Le champ

Si je me suis décidé à partir
C’était juste histoire de revenir
Si je me suis décidé à partir
C’était juste histoire de me dire

J’ai dit : Tu vois, je t’ai vu
J’ai dit : Me reconnais-tu ?
Ce voyage nous a changé
Je crois savoir ce que tu es

Je voulais te voir différemment
Comme l’étranger en passant
Je voulais te voir différemment
Faire un champ contrechamp

J’ai dit : Je suis revenu
J’ai dit : Me reconnais-tu ?
Ce voyage moi, m’a changé
Je crois savoir ce que tu es

Papiers en ville

Avec ma mère, on est loin de tout.
Alors, comme ce jour-là, quand la voiture est en panne et qu’il y a des papiers urgents à faire en ville, c’est la panade. Ma mère dit souvent : « Ce que ça peut être chiant d’être dépendants des autres ! » et là, pour une fois, je suis bien d’accord avec elle.
Ce matin-là, je n’aimais pas plus Paul que les autres matins, mais comme les autres matins, il avait lui, une voiture qui démarrait. « C’est un brave homme » dit souvent ma mère. Franchement, c’est vrai qu’elle aurait tort de s’en plaindre, vu qu’il est toujours prêt à lui rendre service. C’est rare qu’il lui refuse quoi que ce soit. Cela dit, c’est marrant, parce qu’il y a des fois, ça lui fait vraiment mal à la gueule et je suis sûr qu’il pense non quand il dit oui, c’est les fois où rendre service à ma mère signifie aussi ME rendre service.
Paul. Ah Paul ! Sacré Paul ! On dirait un vieux garçon, alors que la vérité c’est que tout connement, il est séparé de sa femme. Et je peux vous dire … très susceptible sur le sujet. Le mieux, je crois, c’est de ne pas lui en parler du tout, parce que j’ai vu la tête qu’il faisait quand ma mère à tenter le coup. La seule fois.
Il y avait une dizaine d’années qu’ils étaient venus s’installer dans le village et tout avait l’air de gazer et puis, il y a de ça une petite année, subitement, clic-clac patatrac, la belle a fait ses valises. « Il y a un autre homme » disait ma mère. Je répondais rien, sinon souvent que j’en avais rien à foutre. Mais si maintenant j’analyse objectivement la situation, je pense qu’elle était bien trop bien pour lui.
Contrairement aux autres personnes qui ne peuvent pas me piffer dans le village, ce crétin ne rechigne pas à m’adresser la parole. Sauf, merci mon Dieu, ce matin-là … pendant tout le trajet, il s’est contenté de lisser en vain une mèche de cheveux rebelle en me donnant ses petits coups d’œil par-dessus ses petites lunettes.
Il m’a largué devant la gare pour aller à son boulot. Il m’a craché un « Bonne journée ! », que je lui ai aussitôt renvoyé.
Après son départ, je suis entré dans le hall. J’ai pris une barre chocolatée au distributeur.
Paul. Ce bon, ce brave Paul. Il ne m’aime pas, c’est un fait, mais ce qu’il ne sait pas, c’est à quel point il ne m’aime pas. Vu que je suis ressorti quasi aussitôt de la gare pour aller retrouver la raison pour laquelle il pourrait bien me foutre la plus belle trempe de ma putain de vie. Et en attendant ce jour, qui pourrait bien ne pas tarder, quand j’ai ouvert la porte, j’ai lancé :
« Devine qui m’a amené en ville, tout à l’heure ! »

Eteins derrière toi

Suis dans la cuisine je ne sais pas
A un moment tout devient évident
Me lève pour la suivre elle me voit
Ses yeux vont se rétrécissant
Elle dit éteins derrière toi
Chéri, éteins derrière toi

Parle des mots sortent je ne sais pas
A un moment tout devient évident
D’accord en tous points n’est-ce pas
Elle hoche la tête en souriant
Elle dit éteins derrière toi
Chéri, éteins derrière toi

Roule la nuit le jour je ne sais pas
A un moment tout devient évident
Mais le bon chemin n’est-ce pas
Ses traits d’abord s’atténuant
Chéri, éteins derrière toi
Elle dit éteins derrière toi

Voudrais la suivre ne pourrais pas
A un moment tout devient évident
Le bout de la route n’est-ce pas
Mais oui oui c’est ça en sortant
Chéri, éteins derrière toi
Elle dit éteins derrière toi

Mauvais ouvrier

Je me fais l’effet d’être un mauvais ouvrier.
Tout à l’heure, en entrant, j’ai retiré mon blouson. J’enlève mon pull maintenant. C’est pour être plus à l’aise pour faire mon travail et découvrir d’où peut bien venir la panne.
Sans doute, j’ai démonté plus qu’il ne fallait.
Je viens de jeter mon dévolu sur un boulon. J’entreprends de le nettoyer. Le plus consciencieusement possible.

Avant toi tous les pays …

Je ne peux en croire mes yeux
Tes yeux sont incroyables
Ebouriffants tes cheveux
Ton grain de peau implacable

Toi qui tourne autour de moi
Au bout du monde avec toi
Je partirai dans la seconde
Dans la seconde

Avant toi je ne pouvais rien y faire
Tous les pays avaient des frontières
Les étoiles le ciel inaccessibles
Et les voix des mers inaudibles
Et la ville inévitable
Et la terre inaltérable

Mon esprit dans cet état
C’est les cascades les éclats
Et les illusions par ta voix

Mais … mais …
Même s’il n’y a pas de mais …
Toi qui tourne autour de moi
Au bout du monde avec toi
Je partirai dans la seconde
Dans la seconde

12


Surlesbordsdunjournal |
Nouvelles pleines d'es... |
9757169781 Thought Elevator... |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Boulgom en 100 mots
| Pouvoir écrire la vie
| Nouvellesetseries